Ma trépidante histoire sur la communauté virtuelle de World of Warcraft a débuté un soir ordinaire, devant mon ordinateur, à regarder pour la millième fois le fil d’actualité sur Facebook. Je parlais avec quelqu’un que je trouvais fort sympathique et il me parlait de ce jeu. Il disait que c’était l’un de ses jeux favoris. Je tiens à préciser que dans ce temps je ne jouais qu’à League of Legends. Étant un peu lassée de toujours jouer support, le jeu piqua ma curiosité. J’ai donc installé le jeu, et créé un compte d’essai de 30 jours gratuits que Blizzard nous offrait pour devenir accro.

Si je me souviens bien, c’était un peu après la sortie de Siege Of Orgimmar, le dernier raid de Mist of Pandaria. Je trouvais le jeu visuellement médiocre, il s’agissait tout de même d’un jeu vieux d’une dizaine d’années ou presque. Puis sont arrivées les mises à jour qui modifièrent l’apparence des races et du décor. Je trouvais la majorité des races laides, sauf les draeneï, les elfes de sang et les worgens femelles.

J’avais décidé de jouer une Shadow Priest draeneï dans l’alliance mais, elle devint rapidement une Discipline Priest parce que la guilde anglophone dans laquelle j’étais avec mon ami n’avait guère besoin d’un DPS supplémentaire. Je ne connaissais rien à ce jeu. On m’avait « power level ». Je n’avais pas vraiment eu la chance de  voir l’âme du jeu et déjà, j’étais prête à aller tuer Immerseus en normal. Mais ça ne m’intéressait pas. J’allais au raid pour faire plaisir à mon ami qui était éventuellement devenu mon petit copain à force de toujours jouer avec lui. Mais en réalité j’avais plutôt envie d’aller chasser des montures et perdre le plus clair de mon temps à « Timeless Isles ». Je n’étais pas vraiment emballée par l’idée d’aller tuer un « boss »; mourir 50 fois, réussir à le tuer une fois de temps à autre et recommencer la semaine d’après.

Et puis venu le temps où moi et mon petit copain nous sommes séparés. Mais j’étais, hélas, déjà accro au jeu. J’ai donc décidé de changer de faction pour y commencer un nouveau personnage, de me trouver une nouvelle guilde, et ce, par moi-même. Ça n’a pas été facile, je ne connaissais personne sur ce vaste univers anglophone, mais après quelques recherches, j’ai découvert que beaucoup de Québécois jouaient sur Zul’jin autant du côté de la horde que de l’alliance. C’est donc là que j’ai commencé mon nouveau départ : un hunter elfe de sang. Et une nouvelle expansion sortit.

Mon bref amour pour mon hunter n’a pas duré très longtemps. J’ai vite réalisé, après avoir atteint le niveau 100, que je n’aimais pas jouer en « range » et devoir chasser des créatures pour chaque « buffs » disponibles ou simplement parce qu’elles étaient belles. Et honnêtement, après avoir joué healer pendant presque mille ans… Je trouvais ça un peu étrange d’avoir atteint le niveau 100 en 3 ou 4 semaines. J’ai donc commencé un shaman heal. J’adorais ça. J’adorais aussi ma guilde à l’époque. Les gens étaient accueillants. J’ai aussi rencontré un nouveau garçon, qui est rapidement devenu mon petit copain. Et aussi rapidement mon ex-petit copain.

Alors, « rince and repeat ». J’ai changé de faction, recommencé un autre personnage, et trouvé une nouvelle guilde. Un autre healer, un monk panda. Je n’avais pas réalisé au départ que les pandas femelles avaient un certain charme. Mais bref c’est dans cette guilde que j’ai réellement commencé à réaliser certaines choses sur la communauté de WoW, qui sont surement aussi réelles sur d’autres MMO. D’abord, les filles ne sont bonnes qu’à healer, les filles ne sont pas bonnes en DPS, les filles ne connaissent pas leurs classes, les filles ne connaissent pas leurs rotations … Et cette réalisation m’avait mise hors de moi.

En quoi les filles seraient moins bonnes que les autres ? Est-ce qu’elles méritent votre jugement hâtif à leur égard ?

Mais c’est aussi à ce moment précis que j’ai vraiment voulu commencer à jouer sérieusement de façon moins « casual », de raider et de performer. Pourquoi maintenant ? Peut-être aussi afin de prouver que les filles étaient tout aussi bonnes, peut-être pour me prouver à moi-même que je pouvais faire terriblement mal. Je ne pourrais même pas répondre à cette question encore aujourd’hui. Mais j’avais quelque chose à prouver.

Et à la venue de Legion, j’ai commencé une Demon Hunter dans la horde donc une elfe de sang. LA classe. Je suis tombé en amour. Je la trouvais forte, sans trop être facile ni trop être difficile à jouer. Je pouvais tout faire par moi-même, mes quêtes, ma progression, sans dépendre qui que ce soit. puis, quand mon personnage fut assez fort pour aller en raid, j’ai changé de guilde. Je me suis retrouvé dans une guilde où il n’y avait que des garçons. Étant la seule fille dans une guilde qui voulait performer et compléter le continu héroïque des raids avant la prochaine expansion. Oui, j’avais ressenti un peu de pression. Je voulais prouver que les filles peuvent être aussi bonnes qu’eux et même meilleures. Que les filles aussi sont capables de faire respecter les mécaniques, d’avoir un rôle important et une bonne présence d’esprit. J’étais fière car à mes yeux, j’avais réussi. J’avais trouvé mon propre équilibre dans le jeu, j’ai fait ma place dans une guilde, une vraie place et pas seulement une place temporaire où personne ne sait vraiment que tu existes.

Nous avons rapidement complété le contenu normal de Tomb of Sargeras et ensuite le contenu héroïque. Un « boss fight » à la fois. Nous sommes rapidement devenus 8 ou 9 en progression deux soirs par semaine. Et ensuite, 8 bosses en seulement un soir. Une soirée complètement dédiée à Kil’Jeaden ou Goroth en mythique quand tout le monde était présent. Et puis la guilde s’est dissoute. L’opinion de certains « raiders » n’était plus la même désormais. Certains voulaient continuer à progresser à ce rythme-là, et d’autres voulaient aller encore plus rapidement.

On recommence ?

Et vous, quelle est votre histoire ? 😉

Venez nous la partager sur le Discord de Bucherons.ca !

ZombieCorpse